Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 20:17
L'héritage - Déchets Atomiques - 15 sept. 2021
Réseau Coopératif Collège EÉLV
"Dans les sociétés traditionnelles, la nature en général comporte une dimension sacrée. Cette sacralisation de la nature nous fait défaut aujourd’hui où certains se demandent pourquoi ils devraient modifier leur comportement irresponsable à l’égard de la planète." Edgar Morin -
 
Ce film documentaire propose d'attirer l'attention du grand public sur les risques de destruction massive de la beauté qui nous entoure, si nous persistons à investir dans la filière nucléaire, notamment pour l'enfouissement des déchets atomiques.
Partager cet article
Repost0
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 20:25

La Commission Nationale d’Évaluation des recherches et études relatives à la gestion des matières et des déchets radioactifs vient de publier son rapport d’évaluation n° 15 (juin 2021)

On peut relever page 9 :

"L’exploitation de Cigéo nécessitera jusqu’à sa fermeture, et donc pendant plus de cent ans, de tester des innovations et des adaptations, ce qui ne saurait être réalisé dans une installation nucléaire de base en fonctionnement.

La Commission considère qu’il sera indispensable de maintenir en activité le laboratoire souterrain de Meuse Haute-Marne pendant toute l’exploitation du stockage."

Si le laboratoire souterrain de Bure était maintenu en activité (avis de la CNE), qu'en serait-il de la dotation annuelle (30 millions d'euros à chacun des 2 départements 52 & 55) ?

Je ne doute pas que les Conseils départementaux 52 & 55 seront attentifs à cette recommandation !!!

 

 

Partager cet article
Repost0
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 22:09

relevé dans l'Est Républicain du mardi 05 juillet 2016

 

  • Question du journaliste de l'Est Républicain "Ne pensez-vous pas néanmoins que l'accueil des déchets nucléaires de France dans le sous-sol à Bure puisse nuire à l'image de marque de la Meuse ?"
 
  • Réponse de Claude Léonard, Président du Conseil départemental de la Meuse "Pas plus que d'accueillir sur son territoire une centrale nucléaire... Grâce à cette énergie, la France a fait un grand bond en avant. Cela permet, aujourd'hui encore, aux consommateurs d'avoir l'électricité la moins chère d'Europe. Maintenant, il faut comprendre aussi que le stockage des déchets de haute activité et à vie longue ne commencera pas avant 2050 et que le projet actuel met clairement en exergue la réversibilité. C'est très important car il ne faut pas oublier que pour les scientifiques seuls 5 à 7 % des capacités énergétiques de ce combustible sont exploités à ce jour."

 

Que peut-on en penser ?

  • Accueillir sur son territoire une centrale et des déchets nucléaires, ce serait la même chose
    • Non, ce n'est pas la même chose : en effet, on peut espérer que les centrales qui se trouvent sur notre territoire seront démantelées un jour !!! Même si c'est dans 50 ou 100 ans. Aujourd'hui en France, 13 réacteurs sont arrêtés, mais encore aucun n'a été complétement démantelé.
    • Par contre, l'enfouissement des déchets,... c'est pour l'éternité  (1) !!!

 

  • Pour le consommateur, l'électricité est la moins chère d'Europe
    • D'une part, c'est oublier que les investissements de recherche et de construction des centrales françaises ont été largement payés par le contribuable,
    • Par ailleurs, on sait qu'EDF va exiger rapidement une augmentation importante du prix de vente de l'électricté notamment pour pouvoir assurer le coût d'entretien du parc nucléaire actuel et la construction de l'EPR ; soit une hausse de 22 à 34% étalée sur 10 ans.
 
  • Le stockage des déchets de haute activité à vie longue ne commencerait qu'en 2050.
    • Oui, pour le stockage industriel de ce type de déchets. Mais ce n'est pas parce que cela ne commencerait que dans 35 ans qu'il faut ne pas se poser la question dès aujourd'hui,
    • C'est également oublier que  l'Andra demande l'autorisation de réaliser une "phase industrielle pilote" dès 2025 avec le stockage de déchets à haute activité à vie longue.

 

  • Le projet actuel met clairement en exergue la réversibilité
    • La réversibilité n'est pas de pouvoir aller rechercher les déchets lorsqu'ils sont enfouis (à moins 500 m), mais de pouvoir réorienter "les choix en fonction des progrès techniques notamment" (2)
    • Par contre, la récupérabilité (possibilité d'aller rechercher les déchets enfouis) souvent évoquée n'est pas envisagée (son coût n'est pas évalué et encore moins financé)

 

  • Pour les scientifiques, seuls 5 à 7% des capacités énergétiques de ce combustible sont exploités à ce jour.
    • Si c'était vrai, alors pourquoi en prévoir l'enfouissement ? Quel gâchis cela représenterait ?

========================================

(1) voir l'article du Monde paru le 05 févier 2013 : lire "Déchets radioactifs : un stockage pour l’éternité"

 

(2) voir l'article du Monde paru le 17 mai 2016 : lire "Le Sénat creuse le cimetière radioactif de Bure"

......Mais la notion de réversibilité va plus loin. Dans un document de janvier 2016, l’Andra la définit comme « la capacité à offrir à la génération suivante des choix sur la gestion à long terme des déchets radioactifs », en fonction des progrès techniques notamment.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 18:32

A l'occasion de RenaissanceS 2018 à Bar-le-Duc, l'Andra avait installé un stand sur la place Braudel à la Côte Sainte Catherine vendredi 06 juillet de 14 h à 19 h

Ce stand intitulé "Devoir de mémoire" proposait aux visiteurs de "participer à la réalisation d'une oeuvre collective". L'artiste expliquait l'ambition de cette création tandis que plusieurs représentantes de l'Andra exposaient tout l'enjeu que représenterait pour "nos descendants" sur le territoire de Bure de se souvenir qu'un enfouissement de déchets nucléaires se trouverait à 500 mètres sous nos pieds et pour une durée illimitée !!!

Si toutefois le projet Cigéo venait (malheureusement) à se concrétiser

Chacun était invité à apposer l'empreinte d'un doigt sur une toile noire en choisissant le degré de gris à son goût (coté de 1 à 13 : du blanc au noir).

Ci-dessous le texte du flyer :

Laissez votre empreinte et participez à la réalisation d'une oeuvre d'art pour la mémoire du projet de stockage Cigéo au côté de l'artiste Olivier Terral.

Ce projet, porté par les riverains bénévoles du groupe « mémoire » du Centre de ['Ancra en Meuse/Haute-Marne et de l'artiste Olivier Terra[. vise à attirer l'attention du public sur le rôle de chacun dans la conservation et la transmission de la mémoire du Centre de stockage géologique profond, Cigéo. L'apposition symbolique des empreintes du public formera un message pour les générations futures.

C'est ainsi que l'Andra déploie son discours et tisse discrètement sa toile sur notre territoire !!! 

Devoir de mémoire (vu par l'Andra) !!!
Partager cet article
Repost0
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 18:26

relevé le 05 juillet 2018 sur le site internet France TV Info

Nucléaire : les cinq risques pointés par un rapport parlementaire sur la sécurité des centrales françaises. Des députés, menés par l'élue LREM et ex-écologiste Barbara Pompili, ont remis jeudi ce rapport, qui préconise 33 mesures.

"Quand on cherche des failles, on en trouve. Certaines sont plus préoccupantes que d'autres." Le rapport parlementaire sur la sécurité des centrales nucléaires françaises, remis jeudi 5 juillet au président de l'Assemblée nationale François de Rugy, n'est pas complètement rassurant, de l'aveu même de sa rapporteuse, la députée LREM et ex-écologiste Barbara Pompili.

Synthèse des travaux d'une commission parlementaire créée en février, le texte fait 33 propositions pour améliorer la sécurité du nucléaire.

Alors que celui-ci a été contesté au sein même de la commission, six députés ayant voté contre sa publication et le trouvant trop anti-nucléaire,

Partager cet article
Repost0
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 16:05

relevé sur le site internet www.capital.fr/economie-politique/  le 26 mars 2021

Déchets nucléaires : des élus s'opposent à la déclaration d'utilité publique du projet Cigéo

  • voir le lien vers l'article
  • Ci-dessous le texte complet de l'article

Le projet d'enfouissement en profondeur de déchets radioactifs, baptisé Cigéo, a donné lieu à des avis défavorables à la demande de déclaration d'utilité publique formulée par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs.
Quatre communes situées dans le périmètre du projet d'enfouissement en profondeur de déchets radioactifs, baptisé Cigéo, ont émis des avis défavorables à la demande de déclaration d'utilité publique (DUP) formulée par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), a appris l'AFP vendredi 26 mars auprès de la préfecture de la Meuse.

Au total, 14 collectivités locales étaient sollicitées: les 11 communes concernées par le périmètre du projet, ainsi que les deux Conseils départementaux de Meuse et de Haute-Marne, et le Conseil régional Grand Est. Dix établissements publics (deux communautés de communes, cinq syndicats des eaux, deux syndicats mixtes et un pôle d'équilibre territorial et rural) ont également été invités à se prononcer.

Les communes de Bure, Horville-en-Ornois, Mandres-en-Barrois et Ribeaucourt ont émis des avis défavorables, à chaque fois assortis d'argumentaires détaillés.

À Bure, où se trouve actuellement le laboratoire qui étudie la faisabilité du projet Cigéo, le conseil municipal estime entre autres que le dossier "minimise les risques encourus par le rejet des eaux de Cigéo", ou que le porteur de projet "s'approprie les routes, les chemins, sans concertation ni avis".

La mairie de Mandres-en-Barrois déplore, notamment, que le projet "prévoit le défrichement immédiat de plusieurs dizaines d'hectares au bois Lejuc, poumon vert de la commune et des habitants".

Deux autres communes (Bonnet et Houdelaincourt) n'ont pas rendu d'avis: Houdelaincourt a pointé le "délai irréaliste alloué pour rendre un avis motivé et exhaustif sur le dossier", long de plus de 4.000 pages, parfois très technique.

De son côté, la mairie de Bonnet a estimé que ce n'était "pas aux conseillers municipaux de prendre une délibération" sur ce dossier, et a fait remarquer que la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a d'ores et déjà affirmé, au cours d'un comité de haut-niveau le 16 mars, que "Cigéo irait à son terme".

 

Des avis favorables assortis de réserves
Cinq communes (Gondrecourt-le-Chateau, Saint-Joire, Cirfontaines-en-Ornois, Gillaumé et Saudron) ont voté un avis favorable, systématiquement assorti de réserves ou de conditions.

La commune de Gondrecourt-le-Chateau a ainsi réclamé que "toutes les mesures soient prises afin d'assurer la sécurité des populations concernées par le transport de déchets radioactifs jusqu'aux installation" de Cigéo, et qu'une "surveillance de la santé des populations" soit mise en place "dès la phase pilote".

Aux conseils départementaux de Meuse et Haute Marne, des avis favorables ont été adoptés, malgré l'opposition d'élus meusiens, principalement socialistes ou communistes, mais aussi d'élus issus de la droite. Ceux-ci ont exprimé des craintes notamment sur la "sûreté des installations et la sécurité des populations".

 

Un vote "sans réponse concrète"
"Aujourd'hui, on passe au vote sans réponse concrète sur des questions importantes, c'est gênant", a déploré l'élu communiste de la Meuse, Jean Picart, au cours des débats. À la région, l'alliance majoritaire LR-UDI-Modem a voté un avis favorable, auquel se sont opposés les socialistes, tandis que les élus d'extrême droite se sont abstenus. Les avis des établissements publics sollicités n'ont, eux, pas encore tous été rendus.

"C'est normal qu'il y ait des avis négatifs pour nous à ce stade, c'est un projet très important qui arrive sur ce territoire", a commenté auprès de l'AFP David Mazoyer, directeur du centre de l'Andra en Meuse/Haute-Marne. "Je pense qu'on se serait interrogé si les collectivités n'avaient posé aucune réserve, je pense que c'est plutôt sain". Il a remarqué qu'une "majorité d'avis positifs" avaient été exprimés.

Ces avis, à caractère consultatif, consultables sur le site internet de la Préfecture de la Meuse pour la plupart, constituent la première expression formelle de la position de l'ensemble des collectivités locales concernées vis à vis du projet Cigéo.

Ils seront pris en compte par la préfecture de la Meuse et les services du ministère de la Transition écologique, qui co-instruisent la demande de DUP déposée par l'Andra, qui pilote le projet.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2021 5 26 /03 /mars /2021 00:04
Lundi 08 mars 2021, le Pays Barrois était amené à rendre un avis concernant la Déclaration d'Utilité Publique Cigéo (voir le lien "Déclaration d'Utilité Publique").
Benoît Dejaiffe & Mathias Raulot ont été les seuls élus à avoir rédigé une contribution.
Ils ont demandé un vote défavorable et ont appelé au vote de chacun selon son intime conviction.
Un avis défavorable a finalement été rendu.
Martine Joly a voté favorablement, même si elle déclarait il y a quelques semaines que ce projet nuit à l'image du territoire.
C'est un vote important qui montre que des élus du territoire ne veulent plus se laisser berner par les promesses, refusent le projet de désertification et n'ont pas eu de réponses à leurs craintes ou leurs interrogations. Des élus n'ont pas pris part au vote...
Déclaration d'Utilité Publique Cigéo - Avis défavorable du PETR du Pays Barrois
Déclaration d'Utilité Publique Cigéo - Avis défavorable du PETR du Pays Barrois
Déclaration d'Utilité Publique Cigéo - Avis défavorable du PETR du Pays Barrois
Déclaration d'Utilité Publique Cigéo - Avis défavorable du PETR du Pays Barrois
Déclaration d'Utilité Publique Cigéo - Avis défavorable du PETR du Pays Barrois
Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 22:42

Jeudi 25 mars 2021 - le Conseil départemental débat sur l'avis à donner sur la DUP (Cigéo) Déclaration d'Utilité Publique.

le Président du Conseil départemental a signalé de nombreuses questions, de nombreuses réserves....

Par ailleurs, les questions majeures (notamment sur la sécurité) posées par l'Autorité Environnementale et actuellement sont restées sans réponse par l'Andra. Et malgré tout cela il a invité les Conseillers départementaux à voter pour.

Une majorité a donné un avis positif sur le rapport présenté par la Président (sur 34 élus : 20 voix pour, 8 voix contre).

 

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2021 4 25 /03 /mars /2021 22:24

Cigéo : pourquoi l'Autorité Environnementale émet de vives critiques
Le dossier d'utilité publique du projet de stockage de déchets radioactifs fait l'objet de nombreuses critiques de l'Ae.

L'Avis délibéré de l’Autorité environnementale sur le centre de stockage Cigéo (52-55) est consultable sur le lien

  • Prise en compte insuffisante des enjeux environnementaux
  • Absence de rapport de sécurité
  • Établissement unique rassemblant différentes problématiques

Dans un avis publié le 18 janvier, l'Autorité environnementale (Ae) pointe de graves insuffisances dans le dossier du centre de stockage souterrain des déchets radioactifs (Cigéo) de Bure (Meuse). L'avis porte plus particulièrement sur l'évaluation environnementale « très détaillée » réalisée par l'Andra dans le cadre du dossier de déclaration d'utilité publique (DUP) du projet. La DUP doit permettre d'assurer la maîtrise foncière du projet sur une surface de 665 hectares, permettant le cas échéant des expropriations, de réaliser la mise en conformité des documents d'urbanisme et de «légitimer politiquement» la réalisation du projet.

Les opposants à Cigéo se félicitent de cet avis, estimant qu'il corrobore leurs critiques formulées depuis plus de vingt ans. L'avis de l'Ae vient ébranler le « rien à signaler » de l'Andra au moment du dépôt de son dossier de demande de DUP en août dernier, estime le Réseau Sortir du nucléaire (RSN). « L'Ae ne se contente pas de mettre en doute la maturité du projet, soulignant que la possibilité de récupérer les déchets n'est toujours pas démontrée ; elle met également en évidence un nombre très important d'informations manquantes sur des sujets cruciaux », réagit l'association.

De son côté, l'Andra indique avoir besoin d' « un temps d'étude et d'analyse » avant de pouvoir répondre aux recommandations émises. L'établissement public annonce, « conformément au code de l'environnement », un mémoire en réponse qui sera joint au dossier d'enquête publique. Une enquête qui devrait se dérouler au cours de l'année 2021.

Le sujet du stockage de déchets nucléaires à vie longue n'est pas que technique, il est aussi financier.

voir cet article tiré de la Gazette des communes du 1er octobre 2012

Cigéo - projet de stockage de déchets radioactifs : l'Autorité Environnementale émet de vives critiques
Partager cet article
Repost0
14 février 2021 7 14 /02 /février /2021 11:27

Relevé dans "Le Mag" supplément de l'Est Républicain - dimanche 14 février 2021

Bure : « Le legs empoisonné »
Avec l’aide de Cécile Guillard au dessin, les journalistes Gaspard d'Allens et Pierre Bonneau signent l’album « Cent mille ans », fruit de quatre ans de travail, cet album revient sur les enjeux du site Cigéo, à Bure (55). 
Les auteurs ont vécu sur place durant deux ans « pour comprendre  ce qui se tramait  avec la population ».

Déjà vendu à plus de 20.000 exemplaires, l'album « Cent mille ans, ou le scandale enfoui des déchets nucléaires » est signé des journalistes Gaspard d'Allens et Pierre Bonneau. Au dessin, Cécile Guillard apporte un trait fluide, une palette graphique de couleurs qui donne envie d'aimer ce coin de Meuse. Sans tomber dans le réalisme technique, elle réussit à saisir les personnages et à mettre en scène les enjeux. Le texte, lui, joue sur les contrastes, oppose les événements. Réussit le passage des séquences, entre les récits des élus, les anecdotes, et les descriptifs techniques, les interrogations des experts.


 « UN TERRITOIRE TRÈS RICHE, INTÉRESSANT, SACRIFIÉ »
Gaspard d’Allens revient sur la genèse de cet album. Lui est ardéchois, Pierre Bonneau a des attaches lorraines. « On a vécu sur place durant deux ans pour comprendre-ce qui se tramait avec la population. » Il y a croisé notre confrère Sébastien Bonetti, auteur avec son frère d'un documentaire sur Bure.
« J'ai publié un livre en 2017 . L'idée avec cette BD, c'est de raconter d'une autre manière les déchets radioactifs, une matière aride, technique. Par écrit, on a du mal à visualiser un centre d'enfouissement et sa durée temporelle. C'est aussi une façon de raconter des histoires plus intimistes et de montrer la beauté de la campagne meusienne, un territoire très riche, intéressant, sacrifié. » Au-delà du débat technique, il insiste sur l'influence de l'Andra dans ce coin de Meuse. « Il y a eu plus d'un milliard d'euros déversés sur cette zone en quinze ans ! Un véritable achat des consciences. Les Meusiens sont des colonisés de l'intérieur. On assiste à la mise en place d'une annexion industrielle du territoire. C'est le seul avenir qu'on lui donne ! Par opposition, c'est ce qui m'avait intéressé chez les militants installés en 2016 au bois Lejuc et dans les villages proches, leur volonté de créer une autre dynamique, une autre vie possible. »


Dans la perspective de la Déclaration d'utilité publique, l'Autorité environnementale vient de poser un certain nombre de questions sur la sécurité du site... « On est à un moment charnière. Le projet Cigéo doit montrer qu'on sait gérer une fin de cycle nucléaire. C'est important au moment où on envisage de relancer six EPR. La question de la réversibilité est un leurre. Il y a urgence à rouvrir le débat, à se dire qu'on a le temps, c'est un chantier de 130 ans ! » Gaspard d'Allens se voit comme « un incarcéré dans une génération nucléaire », dont il ne se sent pas responsable. Après plusieurs mois d'enquête, il le reconnaît : « Il n'y a pas de solution optimale, c'est un legs empoisonné ».

Olivier Jarrige

« Cent mille ans, ou le scandale enfoui des déchets nucléaires » de Gaspard d'Allens, Pierre Bonneau, Cécile Guillard, coédition La revue dessinée/Le Seuil. « Bure, la bataille nucléaire », Gaspard d’Allens, Andrea Fuori, Le Seuil.
 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 20:29

Centre d’enfouissement de Bure : "l’impossible preuve scientifique de la sûreté" - article publié le 07 février 2018
« Le Monde » a a eu accès à la thèse d’un chercheur qui a étudié la gestion des incertitudes entourant le stockage des déchets nucléaires de la Meuse.

Ce document, que Le Monde a pu lire, est une thèse de 470 pages, soutenue le 11 décembre 2017 dans le cadre de l’École des hautes études en sciences sociales et intitulée : « Enfouir des déchets nucléaires dans un monde conflictuel, une histoire de la démonstration de sûreté de projets de stockage géologique, en France ». Son auteur, Leny Patinaux, historien des sciences, a été pendant trois ans, de novembre 2012 à octobre 2015, salarié de l’Andra, qui a financé ce travail et lui a donné accès à ses archives. Parmi les membres du jury figure un membre de la direction de la recherche et du développement de l’agence, ce qui confère à son travail une forme de reconnaissance officielle.

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2019 6 28 /09 /septembre /2019 22:56

VDB, 28&29 septembre - Newsletter #5

Dernière ligne droite avant que "Vent de Bure" souffle sur Nancy !

Depuis le début des années 90, l'Etat et l'industrie nucléaire projettent d'enfouir à 500 mètres sous terre les pires rebuts atomiques. Une opposition à cette hérésie environnementale et sociale s'organise depuis 20 ans pour contrer ce projet à hauts risques imposé à tout un territoire et à sa population. Malgré cette détermination constante, le dépôt de la demande d'autorisation de création du projet est imminent et l'instruction du projet pourrait commencer d'ici fin 2019, annonçant la reprise des travaux préparatoires à Cigeo.

Pour refuser l'enfouissement des déchets radioactifs à Bure comme ailleurs, la pseudo-concertation, la répression féroce touchant les opposant·es et les prochains coups de bulldozer,

Rassemblons-nous massivement à Nancy les 28 et 29 septembre pour que souffle le "Vent de Bure"

1) Au programme : Nous sommes aujourd'hui en mesure de vous annoncer le programme définitif de cet événement dont les nucléophiles du coin se souviendront longtemps.

Pour nous mettre en condition :

  • mardi 24 septembre : soirée d'information sur Cigéo et Vent de Bure et projection en avant-première d'un film sur l'Atomik Tour, notamment pour tous les étudiants de l'Université de Lorraine. C'est à 18h30 à la fac de Lettres de Nancy (amphi A042) : https://goo.gl/maps/RsCVAydF8bRohNFv5
  • jeudi 26 : le cinéma Caméo à Nancy nous accueille pour une projection gratuite, en compagnie de la réalisatrice du film "Un héritage empoisonné" qui met en perspective les rebus des armes de la première guerre mondiale enfouis et oubliés dans le sol meusien avec le projet Cigéo d'enfouissement des déchets radioactifs. C'est à 20h45 au Caméo Saint-Sebastien, 6 Rue Léopold Lallement à Nancy : https://goo.gl/maps/1y49SUVKTgisywoU9
  • Vendredi 27 : Une conférence sur les travaux prochains du projet Cigéo : pourquoi c'est important que le lendemain, la manif soit massive. C'est à 18h30 à la fac de Lettres de Nancy, amphi A033 (https://goo.gl/maps/RsCVAydF8bRohNFv5). Mangeons un morceau et continuons avec un concert de soutien à Vent de Bure à 21h au Black Baron à Nancy : https://goo.gl/maps/etpxembJbCK72N9s9

Samedi 28 septembre, le jour J

  • dès 10h sur le cours Léopold, un village des luttes avec des tables tenues par des associations et organisations écologistes et du mouvement social ainsi qu'une assemblée d'échange entre tous ceux qui luttent aujourd'hui contre Cigeo et son monde.
  • à partir de 13h un rassemblement, joyeux, haut en couleurs et en sons : déguisez-vous, maquillez-vous sur le thème de la danse macabre, et apportez vos vielles fringues pour d'autres dans le freeshop mis à disposition. Départ de la manif à 14h. Prenez vos instruments (et même vos instrus improvisés : tout pour permettre une chouette symphonie atomique.. et faire danser les vivant-es comme les mort-es !) ! Plus d'infos sur la manif et son esprit ici
  • à partir de 19h la fête continue à la salle des fêtes de Vandoeuvre-les-Nancy avec Banquet et concerts.

Dimanche 29 septembre, restons ensemble

  • à 9h un petit déjeuner convivial
  • à 10h30 une conférence sur les conditions de travail des salarié-es de l'industrie nucléaire et de ses sous-traitants, avec Gilles Reynaud, fondateur de "Ma Zone Controlée"
  • un repas tous ensemble
  • à 14h : le nucléaire ne sauvera pas le climat ! Avec le réseau "Sortir du Nucléaire", armons-nous contre les lobbies atomiques et leurs discours.
  • à 16h, ne nous quittons pas comme ça, surtout pour les gens du coin, réfléchissons ensemble à la lutte contre Cigéo et constituons un collectif nancéen !

2) Pour venir

En bus :

  • au départ de Dijon
  • d'Alsace : départ de Mulhouse, passage à Colmar, Séléstat, Strasbourg
  • au Départ de Paris (c'est gratuit !!!)
  • au départ de Toulouse
  • au départ de Montpellier : passage à Nîmes et Valence
  • au départ de Nantes : passage à Angers, Tours, Blois, Orléans et Montargis
  • au départ de Freiburg

N'hésitez pas, il reste des places !!! Toutes les infos sur https://ventdebure.com/venir-en-bus/

En covoiturage :

Un événement Mobicoop a été créé. Sautez dans la voiture, ou proposez la votre ! C'est ici : https://www.mobicoop.fr/evenements/covoiturages/vent-de-bure?fbclid=IwAR1po59A2jaoVxDFlSoem11FNMlQsQUOFeWRJW-7ebCCUq2ckhTrjHBBvhY

En voiture :

3) Pour dormir

En tente :

Un terrain est mis à notre disposition sur les hauteurs de Vandoeuvre pour passer la nuit de samedi à dimanche. Accessible à pied et fléché depuis la salle des fêtes vous pourrez y planter votre tente. Il y aura des toilettes sèches et la possibilité de prendre une douche dans les vestiaires du terrain de foot à proximité. Pour se garer près du camping, c'est dans la rue qui le longe ou sur le parking du terrain ! C'est ici : https://goo.gl/maps/akt4VwfB1x9ovVG9A

Hébergement militant :

Pour celles et ceux qui ne peuvent pas camper, n’hésitez pas à nous contacter afin que l’on puisse vous trouver un logement chez l’habitant.e. Si vous habitez sur Nancy ou sa région et que vous avez de la place pour accueillir une ou plusieurs personnes, envoyez nous un message ! ventdebure@riseup.net

4) Filer un coup de main

Envoyez-nous un mail à benevoles-vdb@riseup.net ; annoncez-vous à votre arrivée à l'accueil cours Leopold. On aura sûrement un truc à vous faire faire.

Nota bene /!\ Une brochure "infos pratiques" reprend l'ensemble de ces informations et en apporte des plus précises pour mieux se repérer dans Nancy et circuler entre les différents lieux de Nancy à Vandoeuvre (à pied, en voiture ou en tram). Elle sera distribuée Cour Leopold. Elle est déjà téléchargeable sur le site internet dans la rubrique "infos pratiques", mais également  :

- en cliquant sur ce lien pour l'imprimer en format brochure : https://share.riseup.net/#j9ennsaoZq4wm9Xjbpqa7Q

- en cliquant sur ce lien en format texte pour une lecture plus facile : https://share.riseup.net/#0Jq3jnjBrJxHtf1MOJnIcg

Voici également une cartographie axée sur le secteur de Vandoeuvre avec les trajets (à pied ou en voiture) pour rejoindre le camping à partir de la salle des fêtes : https://share.riseup.net/#lm50IzhZBh-XhhBwvOoFbw

5) Nous ne sommes pas seul-es

Une tribune a été signée par plus de 100 organisations nationales, collectifs régionaux et personnalités publiques pour apporter leur soutien à Vent de Bure et rappeler les raisons de leur opposition au projet Cigéo. Vous pouvez la retrouver ici : https://ventdebure.com/2019/09/19/organisations-associations-et-personnalites-publiques-apportent-leur-soutien-a-vdb/

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 11:34
Déchets et matières nucléaires : la Cour des comptes veut plus de transparence

La Cour des comptes appelle à plus de transparence concernant la gestion des matières et déchets nucléaires. Cette demande concerne les décisions des pouvoirs publics, mais aussi les choix d'EDF, du CEA et d'Orano.

Un rapport de la Cour des comptes publié ce jeudi 4 juillet demande plus de transparence concernant la gestion des matières et déchets nucléaires. Les décisions sont issues d'"arbitrages difficiles entre, d'une part, les intérêts de court terme des exploitants et de l'Etat actionnaire et, d'autre part, les intérêts de long terme de la collectivité". Or, ces arbitrages "n'ont pas été expliqués au grand public", déplore la Cour qui soumet une série de recommandations.

Le document traite des matières et des déchets radioactifs, de la sortie du réacteur au stockage. Le rapport est publié alors que se tient jusqu'au 25 septembre le débat public sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR), pour la période 2019-2021.

 

Pour continuer la lecture de l'article

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 21:31

 

  • Le projet Cigéo à Bureprésentation du projet Cigeo de l'Andra à Bure. Reportage diffusé dans l'émission enquête de régions diffusé le 22 février 2013 sur France 3 Champagne-Ardenne. 

 

  • 5 questions pour comprendre.  France 3 Grand Est vous propose un rattrapage en 5 questions-réponses.  Par Jean-Christophe Dupuis-Remond (publié le 06/03/2017 et mis à jour le 22/02/2018)

 

  • Comment l‘Andra a-t-elle prévu de stocker en profondeur les déchets nucléaires les plus dangereux ?

 

Mais l'Andra s’impatiente : voir le panneau dans l'espace loué dans le centre d'affaires Coeur de Meuse à côté de la gare TGV (Le 2e étage a été réservé par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, soit 500 m2 de bureaux) - Sources Est Républicain - 17 octobre 2018

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 11:05

Diffusé sur Public Sénat le 22 septembre 2018 - on peut revoir en replay - (durée : 54min) 


D´ici à 2028, 34 des 58 réacteurs vont fêter leur quarantième anniversaire, âge limite d´exploitation fixé lors de la construction du parc. EDF surendetté n´a pas les moyens de remplacer ces réacteurs en fin de vie.

Ce film raconte comment la France, par choix politique, s´est rendue totalement dépendante du nucléaire jusqu´à se mettre dans une dangereuse impasse. Ce film montre aussi que simultanément au vieillissement des centrales nucléaires, plusieurs barrages stratégiques d´EDF donnent quelques signes de faiblesse inquiétants.

Qui ont été les acteurs de cette stratégie électronucléaire ? Comment s´est-elle été imposée dans les coulisses de l´Etat, quels ont été les moments clés ?

Quels sont aujourd´hui les véritables raisons et les risques liés au prolongement de la durée de vie du parc en exploitation ?

Une enquête rigoureuse au coeur de la machine nucléaire française avec les témoignages des différents acteurs du secteur. 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 10:58

Diffusé sur Public Sénat le 21 septembre 2018 - on peut revoir en replay  


Chaque jour, les 58 réacteurs nucléaires qui composent le parc français, produisent l’essentiel de l’électricité nécessaire aux Français. La France est le deuxième pays au rang mondial, derrière les États-Unis, en matière de réacteur de puissance pour la production d’électricité. Construites il y a près de 40 ans pour certaines, nos centrales sont-elles encore sûres ou faut-il craindre un risque d’accident ?

La question du nucléaire en France divise, 8 réacteurs fêteront leurs quarante ans d’activités en 2030, c’était le délai de vie maximal envisagé lors de leur création. Ce constat remet la question de la sûreté de nos installations nucléaires au cœur du débat.  
 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2018 7 23 /09 /septembre /2018 09:52

relevé dans "Le Parisien" le 19 septembre 2018

bastien Lecornu, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, lance un site destiné à mieux informer le grand public sur le projet de création dans la Meuse d’un espace de stockage souterrain des combustibles radioactifs usagés.
Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique, se rend ce jeudi à Bure (Meuse), où un gigantesque site d’enfouissement des déchets nucléaires est en projet. Parallèlement à une grande réunion avec les acteurs du dossier, il lance un site d’information destiné au grand public pour «une opération de transparence inédite».

Où en sommes-nous du projet Bure ?

SÉBASTIEN LECORNU. D’abord il faut rappeler qu’il n’y a aujourd’hui aucun déchet nucléaire à Bure. Il n’y a pour l’heure qu’un laboratoire. Nous en sommes à l’an II du quinquennat, le moment où l’on tient nos engagements. Quand nous sommes arrivés aux responsabilités en 2017, le dossier était préoccupant sur le terrain et il manquait parfois de clarté sur le fond. Il était temps de remettre de l’ordre. C’est pourquoi, alors que le Comité de haut niveau (CHN, une instance qui regroupe une soixantaine d’acteurs du dossier) n’était convoqué que sporadiquement, nous avons promis de le réunir désormais deux fois par an. Ce jeudi, ce sera la seconde fois en 2018.

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 20:41

Communiqué du Réseau "Sortir du nucléaire"  du 30 août 2018

Un rapport dicté par les lobbies préconise la construction de 6 EPR : un délire aussi dangereux qu’irréaliste

Selon Les Echos, un rapport commandé par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire et le Ministère de l’Économie et des Finances préconiserait la construction rapide de 6 réacteurs nucléaires EPR. Le Réseau “Sortir du nucléaire" dénonce une fuite en avant aussi dangereuse qu’irréaliste et une nouvelle preuve de l’emprise du lobby nucléaire (civil et militaire) sur le gouvernement

........

Un mépris écrasant pour la transition énergétique et pour les citoyens

 

 

Partager cet article
Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 09:02

relevé le 16 juin 2018 sur le site internet FranceTVInfo.fr

Nucléaire à Bure, dans la Meuse : "C'est une mauvaise solution. Les déchets ne disparaissent pas, ils sont mis en terre"

Pour le physicien nucléaire Bernard Laponche, expert en politique énergétique, c'est une mauvaise solution.

Invité samedi 16 juin sur franceinfo il préconise "le stockage à sec en subsurface", une solution "réversible". Il explique que cette solution n'est pas adoptée en France "parce que le rêve des promoteurs du nucléaire a été de montrer que l'on pouvait résoudre le problème des déchets en les faisant disparaître, mais ils ne disparaissent pas, ils sont mis en terre, ce qui n'est pas du tout la même chose."

La demande d'autorisation du futur centre de stockage à Bure devrait être déposée l'an prochain pour un début de construction vers 2022.

..../....

L'idée suivante a été de les enfouir dans des couches géologiques profondes. C'est la solution qui a été - jusqu'à présent - choisie en France et on a abouti au projet Cigéo à Bure dans la Meuse [projet d'enfouissement de déchets nucléaires].

C'est un projet qui, d'une part, est dangereux avec des risques d'inondations, d'incendies et d'agressions extérieures. D'autre part, la solution qui consiste à les mettre au fond et de reboucher est une solution qui n'est absolument pas respectueuse du droit des générations futures puisque ces déchets peuvent polluer la croûte terrestre - par des infiltrations de matières radioactives - et surtout, ça ne permet pas de changer d'avis.

Donc nous pensons qu'il ne faut pas faire ce projet d'enfouissement. Il faut par contre un projet qui n'est pas définitif tout en permettant de mettre les déchets dans des conditions de sûreté convenables. Cette solution, c'est le stockage à sec en subsurface, une alternative au stockage géologique. 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2018 6 14 /07 /juillet /2018 14:15

Les doutes du député "La République en Marche" Cédric Villani lors de l'audition de la Commission Nationale d'Evaluation par l'OPECST (Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques) le 23 novembre 2017

  • 3 minutes révélatrices, 3 petites minutes… pour ne pas être volontairement aveugle, comme la CNE (Commission Nationale d’Évaluation)

voir la vidéo : https://www.dailymotion.com/video/x6b38u3

 


 

Partager cet article
Repost0

Retour à l'accueil

Recherche Article